Parrain au Cambodge, Veolia, un mécène participatif » – Entreprises & Mécénat

Se délocaliser de nos jours…

La délocalisation des entreprises n’est pas toujours ce que l’on croit. «Passerelles numériques », le centre de formation construit au Cambodge sous le parrainage de Veolia, avec Accenture et quelques autres permettra à des jeunes cambodgiens défavorisés de trouver un emploi n’importe où sur la planète.

Que va-t-il faire dans un centre informatique à Pnom Penh, lui qui passe son temps au-dessus de l’Atlantique comme directeur général adjoint de Veolia Transport ?
Divertissement ? Business ? Philanthropie ? Tout simplement mécénat, et même mécénat participatif. Le projet en question se dénomme Passerelles numériques. Sous un nom un peu abstrait, il ambitionne de former à l’informatique et aux technologies nouvelles de jeunes cambodgiens. Le nouveau centre d’initiation informatique, le CIST (Center for Information Training System) financé par la fondation Veolia va être prochainement inauguré par Olivier Brousse, directeur général adjoint de Veolia Transport.

Les informaticiens du Mékong.

Un premier partenariat est mis sur pied avec le groupe Accenture : ainsi est né Passerelles numériques, avec ambition de former aux technologies de l’information des jeunes cambodgiens défavorisés et repérés dans des écoles gérées par deux associations : Pour un sourire d’enfant et Enfants du Mékong. L’ancien président d’Accenture (Benoît Genuini, qui depuis a créé avec Martin Hirsch l’agence Solidarité Active) offre, à travers le mécénat de compétences de ses salariés, 800 jours de consulting […]. Les jeunes du CIST sont formés en réponse à des besoins réels, après études de marché et contacts avec des entreprises locales. Cinquante garçons et filles terminent actuellement une scolarité de deux ans, stages compris, avec un retour positif de la part des employeurs.

Il fallait un parrain de l’opération, à la fois pour la caution morale, le suivi de la réalisation et la réflexion stratégique. Olivier Brousse était d’accord. « Pour nous, intégrer le personnel était le postulat de base de la fondation et chacun des 400 projets que nous soutenons dans le monde est parrainé par un salarié » explique Michel Avenas, délégué général de la fondation.

Au-delà de l’environnement.

Comme tous les mécènes, il souhaite inscrire son action dans la durée. Faire un chèque et disparaître, ce n’est pas le genre de la maison. «Cet investissement au Cambodge est en relation avec les valeurs du groupe, répète Olivier Brousse. Nous employons 350 000 personnes dans le monde. Notre métier d’origine, qui depuis 1853, est l’eau, s’inscrit dans la problématique de l’urbanisation mondiale, transport, énergie, eau assainissement, mais nous voulons aller au-delà de l’environnement ».

« La force de ce projet Passerelles Numériques, dit-il encore, est d’éduquer et former les jeunes à des besoins réels ». Là-bas, la délocalisation est un « plus ». Explication : « Si vous formez un jeune à un métier local, il sera lié à

son pays et à l’économie de son pays. En revanche, par le jeu de l’informatique, des systèmes et réseaux, ce jeune peut accéder à un emploi sans localisation […] ». Et voilà
Un nouveau gisement d’emplois et de bonne citoyenneté qui reste circonscrit dans le paramètre solidarité – réinsertion professionnelle – environnement tel que défini dans la fondation Veolia.

« Cessons d’opposer business et solidarité, le long terme et le court terme, dit encore Olivier Brousse. On ne fait pas l’un ou l’autre, mais l’un et l’autre ».
C’est une autre manière de travailler, plus en harmonie avec l’état d’urgence de la planète. Et aussi une nouvelle approche du mécénat, plus collective, qui inclut la participation à tous les niveaux : participation de plusieurs mécènes, participation d’entreprises et d’associations militantes, participation des salariés avec l’entreprise… Le mécénat est décidément devenu, lui aussi, participatif.

Claude Tézenas du Montcel

Pourquoi soutenir l’engagement des salariés ?

L’engagement des salariés a toujours été un pilier essentiel dans le développement de l’entreprise et l’efficacité de ses cadres.

Un triple impact :

  • Impact réel pour les associations

Pour aider les associations, les entreprises peuvent donner de la visibilité à leur action auprès de centaines de milliers de salariés, permettre de collecter des dons, parrainer des jeunes ou des demandeurs d’emploi, mener des formations ou apporter une expertise technique par la mise à disposition de personnel expérimenté. Le soutien peut être ponctuel sur un projet mais dans la plupart des cas, les associations dans lesquelles les salariés sont impliqués tissent des liens sur le long terme avec l’entreprise.  

  • Développement de la performance RH pour l’entreprise

Le soutien à  l’engagement des salariés est un facteur d’amélioration de la cohésion interne, de développement de l’épanouissement personnel et d’acquisition de nouvelles compétences professionnelles. Ainsi pour 68 % des salariés, l’activité d’engagement bénévole leur permet d’exercer leurs compétences professionnelles dans un autre cadre et 56 % considèrent qu’ils acquièrent de nouvelles compétences utiles pour leur activité professionnelle.

Les salariés reconnaissent la valeur ajoutée de l’entreprise pour sélectionner les bons partenaires associatifs et les projets où leurs compétences seront utiles.

  • Apports pour les salariés

Les salariés soulignent le sentiment d’épanouissement apporté par ces actions, la richesse des rencontres et l’ouverture sur une autre réalité. La quête de sens et de valeurs est également souvent présente dans leur démarche. L’entreprise devient un facilitateur en permettant au salarié d’intégrer de l’associatif dans sa vie professionnelle.

Handicap dans le monde du travail

 

 

Vous êtes une entreprise engagée en faveur de l’insertion des personnes handicapées et vous souhaitez permettre à vos collaborateurs de dépasser les préjugés et les tabous au sujet du handicap.

Nous vous accompagnons dans la mise en place d’actions de sensibilisation sur mesure par notre pool d’experts.

Nous construisons avec vous la formule la plus adaptée à :

  • Vos objectifs de sensibilisation et aux collaborateurs que vous ciblez dans l’entreprise
  • Vos contraintes (temps imparti, espace disponible, …)
  • Votre budget

 

« Mieux savoir intégrer la différence » : nos ateliers de sensibilisation sur le site de l’entreprise

  • Formations (3 heures)

En petits groupes, les participants découvrent les déficiences motrices, sensorielles ou cognitives à travers des mises en situation ludiques et la présentation des outils de compensation. La formation animée par des experts souvent en situation de handicap, est l’occasion d’échanges très riches pour les participants.

Parmi les activités : parcours à la canne, exercices ludiques en situation de surdité, jeux de rôle et présentation des outils et technologies informatiques de compensation, jeu autour des troubles « dys », dégustations dans le noir …

  • Ateliers de sensibilisation (3 heures)

A l’heure du déjeuner, des ateliers sous forme de stands animés par des experts sont organisés dans les locaux de l’entreprise. Ils s’appuient sur des exercices ludiques et présentent également les outils de compensations. Les intervenants s’adaptent aux questions des participants qui viennent en libre accès.

Parmi les activités : initiation à la langue des signes, présentation de la plateforme Tadéo, parcours en fauteuil roulant, atelier des 5 sens, présentation des chiens guides d’aveugles, jeu autour des troubles « dys », massages par des praticiens bien-être non-voyants …

Le programme « Mieux savoir intégrer la différence » a déjà été testé auprès de 200 participants qui témoignents.

Dominique Bellion, Responsable de la Mission Handicap BNP Paribas :      « La sensibilisation des salariés est un axe majeur pour le Projet Handicap de BNP Paribas. Nous avions besoin d’être accompagné par une structure disposant d’un bon réseau, pour laquelle la dimension humaine des projets soit une valeur incontournable, et qui puisse être réactive et en veille sur nos thèmes.

De fait, dès la première rencontre, Octavie Baculard a su grâce à sa qualité d’écoute, son ouverture d’esprit et sa créativité nous apporter rapidement des propositions concrètes et répondre à notre attente. »

« Invisible, indicible ? » : Les lunch & learn dédiés aux troubles invisibles

80% des handicaps sont invisibles ! Diabète, rhumatismes, troubles de l’humeur, burn out, épilepsie, maladies cardio-vasculaires … Ces troubles souvent invisibles au premier abord peuvent conduire à la reconnaissance d’un salarié comme travailleur handicapé.

Afin d’aborder cette thématique dans l’entreprise, Volonteer organise des rencontres entre les collaborateurs et des intervenants extérieurs experts du sujet. Ces rencontres sur un format « lunch&learn » offrent un temps d’échange privilégié où les collaborateurs peuvent poser toutes leurs questions.

Les nouvelles technologies de formation au service de l’intégration du handicap dans l’entreprise

Certaines entreprises ont développé des actions innovantes en matière de sensibilisation au handicap, grâce notamment à l’utilisation des nouvelles technologies (elearning, serious games, programmes hybrides, …). Celles-ci répondent aux attentes des Missions Handicap de sensibiliser plus facilement et plus largement leurs collaborateurs. Néanmoins, il y a aujourd’hui peu d’informations sur les résultats de ces initiatives encore récentes.

La Mission Handicap BNP Paribas, intéressée par en savoir plus sur ces actions, a mandaté Volonteer pour la réalisation d’un état des lieux ayant pour    objectifs de :

  • Identifier les actions innovantes notamment avec les nouvelles technologies
  • Evaluer leurs résultats et identifier les clés de succès
  • Proposer des pistes d’action concrètes

Dans le cadre de cette étude, nous avons rencontré 11 Missions Handicap et 9 experts des nouvelles technologies et/ou de la sensibilisation au handicap.

Forts de l’expertise acquise sur le sujet, nous souhaitons aujourd’hui partager avec les entreprises intéressées nos recommandations.

Diagnostic Emploi Handicap

Si le succès d’une politique handicap passe par le recrutement de personnes handicapées, ce recrutement s’avère difficile car il se heurte à plusieurs réalités :

  • Faible niveau de formation des personnes handicapées
  • Nature du process de recrutement des entreprises fondé sur une logique d’élimination
  • Stéréotypes forts autour du handicap
  • Méconnaissance des outils technologiques de compensation du handicap

Le diagnostic emploi handicap a pour objectifs de :

  • Détecter les opportunités d’embauche de personnes handicapées
  • Identifier les possibilités de sous-traitance à des ESAT ou entreprises adaptées
  • Evaluer l’opportunité et les moyens de mener une auto-déclaration
  • Définir les enjeux de formation et de sensibilisation en interne

 

Pour toute question relative aux actions handicap, contactez Manon Dupuy.

Fièrement propulsé par WordPress & Thème par Anders Norén